top of page
  • Photo du rédacteurlhumen

Comment se préparer à une séance portrait sous l'eau ?

Si les portraits en studio demandent au photographe une certaine préparation, entre le ménage, la mise en place des trépieds, lampes et fonds de studio, la création, l'acquisition et la disposition des accessoires décoratifs, la préparation du matériel de prise de vues, la recherche sans cesse renouvelée de nouvelles techniques d'éclairage et de posing, pour ne citer que la base, et tandis qu'ils en demandent si peu à son modèle maquillage, coiffure et choix vestimentaire, les portraits sous l'eau demandent, eux, une préparation personnelle et une organisation générale qui relève du défi, tant pour le photographe que pour son modèle aquatique ceux et celles que j'appelle "mes p'tits poissons".


Pour ne parler que de votre préparation, elle doit pouvoir être physique et mentale. Je sais, dit comme ça, ça intrigue ou ça fait peur ! Et pourtant, il n'est pas de préparation plus stimulante!

Je m'explique.

Nous nous sommes tous jetés un jour à l'eau au sens propre. Cette expérience a déterminé assez vite notre attrait ou notre aversion pour le milieu aquatique. Certains, comme le veut l'expression, sont comme des poissons dans l'eau, tandis que d'autres regardent cet univers étrange d'aussi loin que possible, après avoir bu la tasse par la bouche ou le nez (franchement, le nez, c'est pire ;P), ou avoir réchappé à la noyade ou à une dérive au milieu de l'océan, peut-être même un trauma inconscient.

Moi-même, je partais du principe il fut un temps, que ce milieu devait, aux fins d'être préservé, se limiter à la "population autochtone" et j'avais décidé que nous n'y avions, en tant qu'humains, absolument pas notre place. Si le fameux film "Les dents de la mer" a réussi à entériner mon choix de laisser le monde de Nemo tranquille à une époque, la découverte de l'état des coraux en Australie, elle, fut vraiment une claque (les requins sont beaucoup plus sympas qu'il n'y  paraît, contrairement à nous).

J'ai trouvé dans la discipline du portrait underwater, le moyen de soigner mes peurs et de revenir sur mes positions, car elle m'a appris qu'on peut aussi évoluer en milieu naturel tout en respectant l'environnement et sa biodiversité.

Aussi et cela intéressera quelques un-e-s d'entre vous : mon aquaphobie a disparu du jour au lendemain. Pourquoi pas la vôtre ? 

Promis, tout est sous contrôle.

Soigner le mal par le mal.

Si vous avez envie d'aller de l'avant, de ne plus avoir peur, plongez tête la première, vite fait bien fait ! Ou prenez le temps d'apprivoiser cet élément dans lequel finalement vous avez évolué les 9 premiers mois de votre vie.


Certes, il n'y avait pas d'algues dans le ventre de notre mère, mais le milieu aquatique fait partie intégrante de notre vie, principalement parce que notre corps est composé de 65% d'eau. Partant de ce postulat, l'exercice peut s'avérer plus acceptable.

Mes premiers petits poissons officiels, Yannick & Charlotte

Explorer ses limites

Quoi de mieux qu'un nouveau challenge ? Laissez place à votre imagination : aujourd'hui,c'est exercice aux Bains des Pâquis. Canicule oblige, le Lac Léman vous appelle. Avancez dans l'eau à hauteur d'épaule. Fermez les yeux, respirez profondément, lentement, le plus lentement possible, disons 5 fois d'affilée. Retenez votre souffle et immergez-vous, juste assez pour être plus ou moins assis-e sous l'eau, la tête taquinant la surface. Prenez le temps de ressentir la caresse de l'eau au travers de vos cheveux, leur légèreté, la légèreté de votre corps et son envie irrépressible de se laisser porter par le courant. Remontez à la surface. Enfoncez-vous un peu plus et chaque fois, concentrez-vous, prenez conscience de chaque partie de votre corps, quelques secondes.

Charlotte, aux premières minutes du shooting

Prolongez cette méditation. Reprenez votre souffle. Inspirez plus profondément, expirez lentement. Sentez le miracle d'une seule respiration qui permet aux poumons, au coeur, à toute notre incroyable machine de fonctionner. Chaque fois que vous plongerez, chaque fois que vous remonterez en surface, vous pourrez éprouver ce sentiment, celui d'être vivant. Finissez l'exercice en ouvrant les yeux sous l'eau, faites corps avec ce qui vous entoure !


Renforcer ses aptitudes en apnée

Le but n'est pas de devenir apnéiste professionnel-le - je ne le suis pas moi-même et cela vous réconfortera d'ailleurs de savoir que je remonte régulièrement en surface pour vérifier le résultat de la prise de vues. Mais pas que. Je remonte pour vous accompagner, pour vérifier que votre expérience se passe bien et que certains paramètres comme l'hypothermie, la fatigue ou la faim, ne pointent pas le bout de leur nez. Pour moi, il est très important de m'assurer de votre sécurité et de votre ressenti.

Pour que cette expérience soit idéale, être familier et pratiquer des exercices de respiration et de méditation, de yoga au sens large, peut devenir votre meilleur atout. Vous y gagnerez à développer concentration et sérénité, à contrôler plus aisément les mouvements de votre corps, ce qui facilitera énormément votre immersion et par la force des choses, augmentera nos chances de transformer votre expérience en une sélection de portraits uniques. Certains cours d'apnée proposés en piscine communale ou en lac peuvent vous donner les bases techniques si vous avez envie d'aller encore plus loin.


Ecouter ses limites

Savoir nager est la seule vraie condition requise. Mais le bon sens a sa place aussi. Le portrait sous l'eau n'est pas un levier de compétition. Nous ne cherchons pas à battre un record ou à obtenir coute que coute une sélection photo hors norme. Cette dernière dépend de beaucoup de paramètres dont nous n'avons pas le contrôle. Attachez-vous donc à vivre l'instant et lâchez prise. L'expérience n'en sera que meilleure et laissera place plus certainement à de belles surprises au moment de la sélection photo.

Peu importe donc la quantité. Nous ne cherchons pas l'exploit mais l'exploitable. Si vous êtes fatigué-e, frigorifié-e, affamé-e... croyez-vous vraiment que les images seront à votre avantage ? Je préfère mille fois nous octroyer des pauses et en profiter pour changer de tenues vestimentaires par exemple et parler des postures sous l'eau, boire et manger, que risquer un drame. Bien sûr, assistant, maître-nageur, sage-femme et accompagnant seraient aux petits soins, mais vous n'avez pas envie d'en arriver là.

L'apnée courte reste une discipline dont il ne faut pas écarter les risques.


Préparer son sac

Maillot de bain, serviettes, tongues, crème solaire, lunettes de soleil, la base ! Des barres de de céréales, des fruits secs ou frais, un Thermos de thé chaud (canicule ou pas, c'est ce qui désaltère le mieux selon moi), de l'eau, du café, mais "surtout pas de jus d'orange", nous avait conseillé Alison Bounce, notre formatrice et photographe émérite de la discipline https://www.alisonbounce.com/photographe-aquatique, ne tentons donc pas le diable !).

Je n'ai rien contre le pince-nez, car pour moi, cette séance doit relever du plaisir avant tout. Lorsque vous avez la tête en arrière, l'eau qui démonte vos sinus, ça calme ! Et surtout, c'est une appréhension supplémentaire qui vous empêche de vivre pleinement l'expérience. Donc sans pince-nez pour les plus aguerris et avec pour les plus sensibles.

Des lunettes ou un masque de plongée pour votre accompagnant-e (ne rentre pas dans le sac mais est recommandé ;). Votre trousse de secours personnelle si vous avez des conditions ou prescriptions médicales particulières, et si c'est le cas, un avis favorable sur ordonnance émanant de votre médecin de famille (par exemple si vous êtes enceinte, ou s'il existe une contre-indication des suites d'une maladie ou d'un accident).

Prévoyez aussi des affaires de rechange (après une telle séance, pensez confort, il vaut mieux avoir chaud que froid). Et ramenez des tenues qu'il vous tiendrait à coeur d'immerger !

Ici Julien et Juliette sur fond noir dans la piscine des Pervenches, à Carouge

Ici, Mathilde et Nicolas dans leurs habits de mariage, au fond de la piscine de la Bastide des Barattes

Les tenues et autres voiles sous l'eau

Tout est possible sous l'eau, nudité, maillot de bain, robe, costume, accessoires, drapés, on peut tout imaginer, même un vélo, un piano, de quoi illustrer votre métier, votre passion. Il faut cependant rester vigilants. Avec les drapés et les robes amples en particulier : ils sont incontestablement esthétiques, mais ils peuvent devenir notre pire ennemi car ils sont difficilement maîtrisables sous l'eau.

Patrick me prend en photo. Le voile me voile !

On ne peut prendre le risque de s'enchevêtrer et c'est là où le nombre d'assistants peut aussi faire la différence (dans ce cas, le tarif de telles séances s'adapte).


Impossible de gérer le voile.... d'où l'importance des assistants!

Il existe d'autres projets comme celui d'avoir photographié sous l'eau mon compagnon Patrick Grob, et qui demandent un équipement différent, une équipe spécialisée et une sécurité plus élevée.

Immersion de Patrick. Bob lui donne un tendeur pour respirer sous l'eau toutes les 20 secondes environ

Il était lesté de 10 kilos pour compenser sa taille et son poids sous l'eau. Immobilisé à 4 mètres sous la surface, il devait être ravitaillé en air toutes les 15/45 secondes, selon son besoin, par un plongeur en bouteille certifié CMAS de niveau 3, Robert Nicoli. Une deuxième plongeuse, triathlète certifiée CMAS de niveau 2 et PADI advanced, Dominique Zosso, était sur place, assistants et accompagnants en nombre, tous d'excellents nageurs et formés à la réanimation (si nécessaire !). Nous n'avons rien laissé au hasard, Patrick étant lui-même certifié CMAS de niveau 2.

Le maximum de poids était disposé dans son sac photo, accessoire narratif important pour son portrait et dont il pouvait se séparer à tout moment en cas d'imprévu. Le reste des poids était dissimulé dans une ceinture à accès rapide, donc détachable rapidement. Comme Patrick était habillé sous l'eau, tout ceci reste discret. Mais la logistique et l'organisation ont été sans pareille !



La coiffure et le maquillage underwater

Les cheveux lâchés, surtout s'ils sont longs, donnent la sensation du mouvement et une certaine poésie à l'image. Mais rien n'empêcherait une coiffure structurée avec un diadème !

Quant au maquillage, choisissez de préférence du waterproof, mais le temps que nous passons sous l'eau et le nombre de fois où vous ne pourrez vous empêcher d'essuyer vos yeux en remontant à la surface, aura très vite raison de votre mascara et de vos ombres à paupières. Sous l'eau, la beauté est tout autre qu'en terrestre.


C'est votre sécurité, votre bien-être, la grâce et l'expression qui priment sur tout le reste.


Ici, Jo Michèle, une modèle d'exception.














20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Комментарии


bottom of page